fbpx
logo
Top

Appel à l’aide de l’HORECA : « je dépose ma veste de cuisinier »

Ce jeudi 7 mai 2020, à midi, sur la Grand Place de Bruxelles, des acteurs du secteur de l’HORECA se sont retrouvés pour adresser un message fort avec une action choc. Sous forme d’un cimetière de vestes blanches de cuisiniers, le message est clair : des mesures concernant l’HORECA doivent être prises !

L’initiative

Cette action est une idée de Antoine Pinto, patron du Belga Queen, et du groupe Restauration Nouvelle. Avec une quinzaine de restaurants brasseries à Bruxelles et dans sa région sud ainsi qu’un service traiteur, des lieux de célébrations et hôtels, RN est un des gros groupes de la restauration belge.

Après 56 jours de « coma artificiel » et que très peu de mesures spéciales de la part du gouvernement, c’est le drame économique. Ils ont décidé d’agir. « Chaque jour qui passe, le secteur s’étouffe à grande vitesse… Pour éviter sa «mort», il a besoin d’urgence de remèdes efficaces ! » déclarent-ils dans leur communiqué de presse.

Aujourd’hui, 7 mai 2020, des dizaines de restaurateurs ont dressé un cimetière de vestes blanches de cuisiniers sur la Grand Place de la capitale.

© Restauration Nouvelle

Quelques chiffres

Le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et des cafés est le troisième employeur du pays avec 180 000 emplois à plein temps, 200 000 emplois indirects (fournisseurs, intérims, étudiants,…) et 60 000 indépendants et entreprises. C’est-à-dire que minimum 10% de la population belge vit grâce à l’HORECA. Pour parler euros, ce secteur représente 18 milliards de contribution au PIB annuel de la Belgique.

Finalement, les 51 premiers jours de fermeture suite au confinement représentent déjà 3,1 milliards d’euros de perte pour le PIB.

Rien que ça !

Les demandes formulées

Dans une lettre ouverte adressée à Sophie Wilmes, la Première ministre, et à l’ensemble du gouvernement, Antoine Pinto prend la parole au nom du secteur de l’Horeca et formule les demandes suivantes :

« (…)

• TVA unique de 6% ou 6% sur nourriture, soft et 21% vins alcool (à long terme)

• que le chômage économique pour force majeure soit accordé jusque fin 2020 (minimum)

• une exonération des charges sociales jusque fin 2020 (minimum)

• la déductibilité fiscale à 100% des notes TVA en frais (à long terme)

• l’uniformisation et l’égalité des aides et mesures prises en faveur de l’Horeca pour l’ensemble du pays

Par ailleurs, nous vous implorons de déclarer, pour les commerces de l’Horeca et leurs fournisseurs directs, l’état de « catastrophe sanitaire ». Une telle situation juridique nous permettrait de bénéficier des assurances « pertes d’exploitation ».

Ne plus devoir faire face à ce manque de revenu donnerait à l’industrie un souffle temporaire, d’ici une reprise qui ne peut encore être annoncée à moyen terme. Elle pourrait aussi soulager le budget du gouvernement. (…)» (source)

Bravo pour cette action ! #JeSuisHoreca

Marine Dallons

© Restauration Nouvelle
© Restauration Nouvelle