fbpx
logo
Top

BACKSTAGE une coopérative d’activité branchée mode

Rencontrez Charlotte Clerquain et Roxanne Hauzeur, deux stylistes belges qui ont fait appel à Backstage, une coopérative d’activité spécialisée dans la mode. Elles ont été aidées dans leur projet par cette coopérative et nous font part de leur expérience.

Après avoir travaillé durant 5 ans ensemble pour la marque de prêt-à-porter belge « Mais il est où le soleil?», les deux jeunes stylistes décident de se lancer pour créer leur propre marque de prêt-à-porter féminin, Sténopé. Backstage est une coopérative d’activité, une couveuse dédiée au design, à la mode et au milieu artistique. Son rôle : aider et guider les jeunes créateurs à réaliser leur projets.

“ C’est une bonne préparation à la réalité du métier.”  

Comment ça fonctionne?
Après la validation de leur dossier de candidature, elles ont bénéficié d’une formation de six à neuf mois avec un suivi pendant un an et demi. Première étape: La phase préparatoire découpée en ateliers sectoriels et en workshops sur la confection, le marketing, la trésorerie, la communication mais aussi comment monter un plan financier. Deuxième étape:  la phase de facturation avec comme gros avantage la fixation du chômage au même barème durant les 18 mois suivant la formation. Cela permet de pouvoir tester son activité plus sereinement avec la garantie d’un revenu mensuel.

L’expérience de Roxanne et Charlotte
Aujourd’hui grâce à l’aide de la couveuse, Charlotte et Roxanne comptent lancer leur marque 100 % belge : Sténopé, une ligne pour femme élégante avec des allures «ultra-féminines et underground». Si leur projet décolle, elles espèrent à terme ouvrir une boutique.
Cependant le milieu de la mode est onéreux et demande beaucoup d’investissements financiers avant qu’il n’y ait des rentrées d’argent.« Peu de coopératives répondent à cette difficulté et sont aptes à aider des stylistes et créateurs. Au bout de 18 mois, soit l’activité fonctionne et alors on se met comme indépendants, soit on change de plan» explique Roxanne. Charlotte ajoute « Lancer une marque de mode demande beaucoup d’investissements financiers et du temps avant que ça ne rapporte. Souvent une fois la période de suivi finie, les stylistes n’ont pas les moyens de continuer à collaborer pour des workshops avec Backstage.» Cependant toutes les deux s’accordent sur le véritable avantage que représente la formation offerte par cette couveuse et ne regrettent pas leur expérience.

La prochaine  séance d’information Backstage Brussels aura lieu le jeudi 19 mars à 9H00. Plus d’infos ICI

http://www.backstagebrussels.be/

Céline Druez