logo
Top

#BlackLivesMatter : le mouvement qui nous concerne tous

Loin d’être nouveau, le hashtag au message fort #blacklivesmatter refait surface sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. La raison ? La mort injuste et cruelle de George Floyd, un citoyen afro-américain de 46 ans, mort asphyxié par un policier blanc lors d’une interpellation violente, et injustifiée. 

Ce triste évènement soulève depuis lors l’indignation dans le monde entier. De – très- nombreuses personnes prennent la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer, encore et toujours, le racisme envers les personnes noires de peau.

#BlackOutTuesday

Hier, le mardi 2 juin 2020, beaucoup d’internautes, nous y compris, ont publié des images toutes noires sur leurs réseaux sociaux avec le hashtag #blackouttuesday. Ce Blackout Tuesday a été lancé par l’industrie musicale pour soutenir le mouvement Black Lives Matter. L’idée était de ne rien diffuser durant toute la journée. Le concept est très vite devenu viral. 

Nous sommes tous concernés

“Il ne suffit plus de ne pas être raciste, il faut être anti-racistes”, est le message souvent diffusé dernièrement, à l’attention des personnes blanches.  

 

Beaucoup de “blancs” ne se considèrent pas racistes. Cependant, cela ne suffit pas, en tant que privilégiés, nous nous devons de soutenir les minorités victimes de discrimination.  Beaucoup de publications sur les réseaux sociaux et d’articles nous invitent à passer à l’action, à lutter contre ce racisme persistant. En effet, c’est dans notre comportement quotidien que l’on doit faire preuve de bienveillance. C’est bien – même très bien – de soutenir ce mouvement via les réseaux sociaux mais l’action concrète est essentielle. Il est d’un devoir commun de non seulement montrer du soutien mais aussi de dénoncer et agir contre le racisme. 

© Inconnu - Pinterest

Comment passer à l'action?

De nombreuses actions sont possibles. Le site internet du mouvement Black Lives Matters recense d’ailleurs les initiatives mise en place auxquels tout le monde peut contribuer. 

  • S’instruire

Pour comprendre tout mouvement et tout acte, il est nécessaire de s’instruire. S’instruire pour en apprendre d’avantage et comprendre les intérêts et préjudices mais également pour pouvoir en parler à son tour. 

Des ressources sont notamment disponibles sur le site du mouvement Black Live Matter. A l’échelle belge, le Centre interfédéral pour l’égalité des chances propose également une série d’articles sur le sujet ainsi que de nombreux documents relatifs à la législation. Le site Mrax (Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie) a publié un guide de l’antiracisme. 

  • En parler 

Une fois instruit sur le sujet, pensons à en parler autour de nous. A ouvrir le débat et, éventuellement, à instruire nos proches également. L’idée est de sensibiliser un maximum de monde à cette cause humaine et nécessaire. Il ne faut pas se taire et éviter les conversations parce qu’il s’agit d’un sujet sensible, au contraire… 

Vous pouvez également réagir face aux propos racistes que vous entendez dans votre entourage. Faire des blagues racistes ne part peut-être pas d’une mauvaise intention, mais elle contribuer à perpétuer involontairement des stéréotypes et préjugés qui sont très lourds à porter pour certaine communautés. Ce ne sont malheureusement pas “juste des blagues”.

  • Signer des pétitions

De nombreuses pétitions tournent (et ce, toute l’année) pour soutenir des initiatives anti-racisme. 

Vous pouvez par exemple signer celle visant à refuser la loi française empêchant la diffusion des images de violences policières ou celle demandant justice pour George Floyd. En Belgique, une pétition tourne également dont l’objectif est de voir enlever les statues de Léopold II. Nous pensons qu’il appartient à chacun de choisir les pétitions auxquelles il souhaite participer. 

  • Faire des dons

Enfin, faire des dons peut également être un moyen d’agir. Avec ces dons ou en devenant membre d’une association vous pouvez soutenir le mouvement Black Lives Matter. 

Ce combat existe depuis bien trop longtemps et les choses doivent changer au plus vite. Néanmoins, n’oublions pas qu’il n’est pas de notre ressort de s’approprier ce combat, le risque est grand de tomber dans une attitude paternaliste, mais il est de notre devoir de le soutenir et d’agir avec lui en tant que citoyen du monde. 

Julie Mortier & Marine Dallons