fbpx
logo
Top

Brussels Fashion Days 2015 : l’insolite défilé Elle

Lors des Brussels Fashion Days 2015, le défilé Elle en a surpris plus d’un. Avec une sélection éclectique de créateurs, la mode belge a été mise à l’honneur. Mises en scène surprenantes et tenues déjantées, de quoi s’en mettre plein les yeux !

Loin des conventions, la tendance était de marquer les esprits durant le défilé Elle, ce samedi 17 octobre. Réalisé par Guillaume Joveneau et Elvis Pompilio, le show 100% belge était rempli de surprises…
Et ce fut pari gagné ; une salle comble et des tonnerres d’applaudissements ont donné le ton.

L’excentricité made in Belgium
Elvis Pompilio fut le premier à nous laisser rentrer dans un univers insolite et excentrique. Ses créations sont apparues à deux reprises sur le catwalk. Robes composées de couvertures de magazines ou de sacs en plastiques noirs, chaussures en guise de chapeaux et une atmosphère festive décrivent à merveille ce show déjanté.
Un autre créateur qui a retenu l’attention du public était sans conteste David Sokay. Trois mannequins équipés de patins à roulettes ont débuté le show. S’en est suivi une multitude de pièces ultra colorées et pailletées, portées par des mannequins aux morphologies différentes. Le défilé était également agrémenté d’une touche de provocation avec des tenues très légères. On pouvait y voir une femme la poitrine à découvert ainsi qu’une autre seulement vêtue d’un maillot doré, laissant apercevoir son fessier. Une chose est sûre, l’ambiance était au rendez-vous !
Scabal a opté pour des mannequins d’âge mûr et une atmosphère fun. La collection était principalement composée de costumes noires, chapeaux et bérets. Les femmes avaient un véritable air de femmes fatales avec leurs talons aiguilles et leurs lèvres d’un rouge intense.
Sur le titre de Sidonie « Mange des tomates mon amour » la marque anversoise Essentiel a présenté de manière amusante une série de pièces qui nous tiendront chaud.


Pointures de la mode belge
Egalement à l’honneur, l’incontournable Diane Von Furstenberg est restée quant à elle dans la sobriété. Sur un air de Nicky Minaj, motifs divers et talons hauts résument sa collection.
Apportant sa touche de masculinité, Jean-Paul Knott proposait une association de costumes et sandales. Il a ainsi démontré avec succès que classe et confort ne s’excluent pas forcément.
Carine Gilson quant à elle a misé sur un show sensuel. Une femme voluptueuse a ouvert le bal, se dandinant de manière sexy.
Enfin, Natan a clôturé le défilé avec une collection mêlant un esprit jeune et urbain.

A.F. Vandevorst, Véronique Leroy, Veronique Branquinho et Wim Bruynooghe étaient également de la partie.

© Photos : Romane Henkinbrant

Mouna Matin