logo
Top

Brussels Fashion Days: le défilé des créateurs belges

Ce samedi 15 octobre signait la première journée de l’événement mode le plus attendu de la capitale, les Brussels Fashion Days. Au programme : pop-up store de nombreux partenaires belges prestigieux, stands de coiffures et de maquillage…Mais le clou du spectacle reste sans aucun doute le défilé « Belgian Designers ». 

Chaque année, le défilé des Brussels Fashion Days attisent la curiosité de toutes les modeuses belges en quête de nouveauté. Pour cette édition, 4 créateurs aussi éclectiques les uns que les autres ont fait vibrer le catwalk bruxellois.

Après un Pré-show présenté par Zalando un peu fade, Louise Assomo est la première créatrice à s’être lancée dans l’arène. Sur une musique d’inspirations asiatique, les mannequins ont présenté des tenues aux styles complètement différents. Entre fleurs, motifs, rayures et brillance, Louise Assomo oscille entre modernité et tradition.

 

Dans un registre beaucoup plus chic et élégant, Natan a ravi les pupilles du public. Dans une collection tout en finesse, le styliste s’amuse à jongler avec beaucoup de matières (suédine, fourrure, sequins, etc.). Les couleurs sont neutres et tout à fait adaptées à la saison (beige, gris, kaki, etc.). Sur une musique de violons, ce défilé prend presque une dimension poétique. Parmi les pièces fétiches du créateur, on note les pantalons larges et les chaussures plates.

La grosse surprise de ce défilé est Véronique Branquinho. Avec seulement 4 tenues, ce défilé laisse un goût de trop peu. Avec des pièces extrêmement différentes, difficile de dégager le style et l’objectif de la collection.

© Marine Dallons

© Marine Dallons

 

Et last but not least, Christian Wijnants à clôturer ce défilé « Belgian Designers ». Des pièces très originales, de la couleur, de la musique entraînante… tout y était pour un défilé réussi. Le styliste joue énormément sur les motifs et a, notamment, une affection particulière pour les petits pois. Si toutes les pièces ne paraissent pas vraiment portables ensemble, le spectacle en reste néanmoins agréable à regarder.

© Marine Dallons

 

Gladys Lebrun