fbpx
logo
Top

David la Delfa, un stagiaire belge à la Fashion Week de Paris

Souvenez-vous, lors des Brussels Fashion Days nous avions rencontré David La Delfa, étudiant en troisième année à Helmo (Haute École Libre de Mosane) en stylisme-modélisme. David est actuellement en stage chez Hussein Chalayan, créateur chypriote-turc installé à Londres. Dans le cadre de son stage, il a aidé aux préparatifs du défilé de la collection automne/hiver pour la Fashion Week de Paris. David nous raconte son expérience.

Chalayan_fw2

© fashionisers

La Fashion Week

La préparation d’une Fashion Week, ça ressemble à quoi? «Le plus important de tout c’est l’organisation, surtout dans la production. Le moindre chiffre, la moindre petite erreur peut faire foirer toute une ligne de production ou causer de gros dégâts. Nous sommes arrivés à Paris 3 jours avant le défilé (NDLR : qui s’est déroulé le 6 mars). Nous avons travaillé dans un énorme studio du matin au soir afin de terminer les dernières préparations telles  que le casting des mannequins (qui a duré deux jours), les essayages, les retouches et les shootings des silhouettes sur les mannequins. Des stylistes et modélistes professionnels donnaient leurs avis à Hussein sur le choix des tenues et sur la manière dont les mannequins devraient porter telle ou telle pièce. Tout est étudié. Rien n’est laissé au hasard ».

cha2

© fashionisers

Et du point de vue des backstages? «Toute l’équipe arrive à 8 heures au Palais des Beaux-Arts à Paris. L’endroit est magnifique. L’équipe technique termine de monter le décor. Dans les backstages, il y a des coiffeurs, des maquilleurs et des mannequins partout! Les vêtements sont sur le point d’arriver ainsi que les journalistes et les photographes. C’est à ce moment là que je réalise que tout est vrai, ce n’est pas un rêve. Tout s’enchaîne très rapidement. On arrange chaque tenue, on trouve des chaussures pour chaque mannequin qui sont habillés au minimum par deux habilleurs. Moi, j’aidais à gérer l’ensemble et je m’assurerais  que chaque tenue soit parfaite. Les mannequins ont entre 30 secondes et 1 minute pour se changer. Quand le défilé s’est clôturé, toute l’équipe était émue et heureuse du résultat».

Le rôle de David au sein de la maison Hussein Chalayan

chalayanetdavid

Pourquoi avoir postulé dans la maison Hussein Chalayan? «Son univers me transporte. J’ai découvert cet artiste il y a environ deux ans et je me suis directement rendu compte que c’est le styliste dont je me rapproche le plus. Le fait qu’il réalise ses créations sous la forme de «concepts» m’a intrigué. Quels matériaux utilise-t-il? Quelle est sa démarche pour arriver à un tel résultat? Toutes ces questions ont enfin trouvé une réponse lorsque mon stage à débuté, fin janvier.»

Est-ce que l’univers Chalayan est tel que tu te l’étais imaginé? «Voir enfin ses œuvres d’art (car on ne peut pas les qualifier de simples vêtements) est à la fois incroyable et surprenant. Se retrouver nez à nez avec ce que je regardais pendant des heures et des heures sur le net, c’est énorme! En travaillant en production sur ses collections de prêt-à-porter, je ressens la richesse de la recherche qui se cache derrière chaque pièce, tant au niveau de la coupe, du choix des matériaux que des impressions. Derrière chacune de ses créations on retrouve un vécu, une réflexion».

Quel est ton rôle au sein de la maison d’Hussein Chalayan? «Je m’occupe de la production de ses créations. Dernièrement tout était centré sur les collections de prêt-à-porter et surtout celle automne/hiver qui a défilé ce vendredi sur Paris.»

cha7

© fashionisers

Comment se déroule la production? «Mon stage n’est pas vraiment créatif car travailler dans la production c’est vérifier les commandes, faire les étiquettes,tous les dessins techniques,les fiches de fournitures, les inventaires des matériaux, envoyer des marchandises mais aussi réaliser des fiches de placement, vérifier les tissus etc. Donc pas mal de travail chaque jour. On remarque que l’organisation est primordiale pour le bon fonctionnement de la production. »

Chalayan_fw3

© fashionisers

En quoi cette expérience aura un impact sur ton travail futur ? «Je pense que je travaillerai sur ma prochaine collection en gardant à l’esprit que tout ce que j’imagine est réalisable. Je suis attiré par tout ce qui est conceptuel. Je veux aller droit vers le concept tout en restant réfléchi et en gardant un travail compréhensible qui tienne la route. Je ne demande qu’une chose, réussir à m’impressionner!»

cha6

© fashionisers

cha5

© fashionisers

Toujours aussi décidé à travailler dans le secteur de la création? «Toucher tous ces tissus et voir chaque jour des créations différentes est tout simplement génial et donne envie d’aller plus loin, d’avoir encore plus de projets et de les réaliser!»

Elise Carton

Pour découvrir les créations de David la Delfa, CLIQUEZ ICI