fbpx
logo
Top

Elvis Pompilio, directeur artistique pour les Brussels Fashion Days

Le 17 octobre dernier, Elvis Pompilio mettait à profit son sens aigu du style et son ingéniosité artistique pour les Brussels Fashion Days. Vous avez toujours rêver d’entrer dans le monde des défilés ? De comprendre comment ces magiciens de la coordination ont mis  en place les activités du défilé Elle ? Elvis Pompilio vous dévoile sa passion et son talent de directeur artistique.

12119186_841673609281029_4274137858148391322_n

Elvis Pompilio © Elvis Pompilio

Monsieur Pompilio, vous êtes directeur artistique pour les Brussels Fashion Days 2015. Quel est votre rôle, votre mission sur ce projet ?

EP : « Beaucoup de personnes n’ont jamais eu la possibilité d’assister à un défilé, voilà pourquoi j’ai décidé de choisir des créateurs d’univers différentS, inaccessibles ou plus accessibles. Il est important pour moi de leur présenter un beau défilé qui sera à la fois instructif, féerique et avec beaucoup de dérision ».

« Le directeur artistique est responsable de tous les aspects que peuvent comporter l’organisation d’un défilé; artistique, administratif, visuel, audiovisuel… Il participe avec son équipe au choix des tenues, de la musique, des mannequins et des thèmes de passage des créateurs. Son rôle est de réfléchir à la façon dont il faut mettre en scène le défilé (l’ambiance, le décor ,l’univers esthétique…). Il est important d’être créatif, curieux et surtout ouvert pour laisser la part d’identité visuelle propre à chaque créateur ».

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires pour être directeur artistique ?

EP : « Avoir une vraie vision globale : se concentrer sur les choses importantes comme sur les détails, essayer d’être au maximum à l’écoute des personnes avec qui l’on travaille. Il est donc essentiel d’avoir beaucoup d’intégrité ».

Quel est l’aspect le plus agréable lorsque l’on travaille pour les Brussels Fashion Days ?

EP : « Les rencontres avec toutes ses surprises. Mais aussi le plaisir de continuer de travailler avec des gens qu’on connaît depuis longtemps et qu’on apprécie comme Bea Ercolini et Guillaume Jouveneau ».

12034467_842491775865879_8230942543160294181_o

Béatrice Ercolini, Guillaume Joveneau et Elvis Pompilio. © Elvis Pompilio

Y a-t-il des éléments plus difficiles auxquels vous devez faire face ?

EP : « Non pas vraiment, chacun est bien organisé et fait très bien sa part de travail. On est tous dans une ambiance détendue ce qui nous permet de mieux rebondir lorsque nous rencontrons une quelconque difficulté ».

« Le manque de moyen peut nous faire obstacle comme lorsque nous voulions une lumière extraordinaire, nous avions dû nous débrouiller avec les moyens que nous avions. La prise de contact avec les agences de mannequins peut parfois s’avérer laborieuse, d’autant plus qu’il arrive qu’un mannequin annule le jour du défilé. Il faut toujours anticiper pour éviter les catastrophes de dernières minutes. Je prévois toujours plus de mannequins, de vêtements… ».

Vous avez travaillé avec des personnes de renommée internationale telles que Amélie Nothomb, Madonna,… mais vous avez également collaboré avec des maisons de haute couture comme Channel, Mugler, Céline… Pourquoi avoir choisi un projet tel que les Brussels Fashion Days ?

EP : « Par amour du métier et justement aussi parce que les Brussels Fashion Days sont ouverts à tout le mondeet proposent donc une mixité de styles intéressante avec des novices ou des professionnels ».

Alexa Kowalczyk