fbpx
logo
Top

La fourrure fait fureur

Sujet à controverse, la fourrure rencontre ses amateurs et ses détracteurs. Mais qu’on soit pour ou contre, c’est un métier et même un art. Nécessaire face aux grands froids, la fourrure est intemporelle, n’en déplaise à PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), ce n’est pas demain qu’elle disparaîtra.

Si vous pensez que la fourrure est faite pour mamie, vous n’avez jamais regardé un défilé Fendi. Aujourd’hui, les créateurs font des miracles avec les peaux de vison, astrakan ou renard. Jeu de coupe et de matière, la fourrure est un art sans limite.

Le travail du fourreur
Oui, un manteau en peau,, c’est cher, mais ce n’est pas sans raisons. Le fourreur ne coud pas « simplement » plusieurs peaux brutes ensembles. Chaque peau est travaillée minutieusement. En effet, le créateur va découper les peaux en bandes (le plus souvent de 4mm mais ça peut varier selon les envies) pour intercaler entre entre chacune d’elle une bande de cuir. On insère du cuir entre la fourrure pour alléger la densité du poil et éviter de paraître volumineuse dans son manteau. Découper et coudre toutes ces bandes est  un travail long et minutieux. De plus, une machine à coudre spécialisée est nécessaire. Une fois cela terminé, il faut doubler le manteau. Souvent, le fourreur fait appel à une garnisseuse spécialisée en la matière. C’est elle qui terminera la pièce.

Découpe de la peau en bandes ©parmentier.be

Découpe de la peau en bandes ©parmentier.be

Fourrure et cuir, quelle différence ?
La différence tient à un poil. En effet, la fourrure et le cuir, c’est exactement la même chose, excepté qu’on a enlevé les poils de la bête pour vos bottes en cuir. Donc si vous êtes contre la fourrure, mais que vous portez du cuir, c’est du pareil au même.

Et le bien-être animal dans tout ça ?
En Belgique, le Parlement wallon et le Parlement bruxellois ont adopté respectivement un décret et une ordonnance qui interdisent l’élevage d’animaux pour leur fourrure. Mais paradoxalement, c’est en Europe qu’on trouve le plus d’élevages. En effet, nous fournissons 70% des visons et 63% des renards (les deux animaux les plus utilisés pour leur fourrure). Le Danemark, la Finlande, la Norvège et les Pays-Bas sont les plus gros producteurs européens. Au niveau mondial, il existe la Fédération Internationale de la Fourrure (IFTF) depuis 2006. C’est un label garantissant l’origine de la fourrure avec le logo « Origin Assured » et permet donc de s’assurer que la production de la pièce est soumise à des réglementations et normes reconnues.

Origin Assured ©IFTFblog

Origin Assured ©IFTFblog

Fausse fourrure, la bonne alternative ?
La créatrice Stella McCartney est une adepte de fourrure synthétique. Mais est-ce mieux pour autant ? Cette fausse fourrure est composée d’acrylique, de nylon et de polyester. En bref: c’est du pétrole,mauvais pour l’écologie et contrairement à la fourrure animale, non-renouvelable. Ami de la nature ou ami des animaux ? Difficile parfois de choisir son camp…

Mathilde Ridole