logo
Top

Louise Kopij, quand le bijou se fait oeuvre d’art

Rencontre avec Louise Kopij, créatrice de bijou, inventrice de beauté et de petites merveilles à mettre à votre cou, à votre poignet ou à vos oreilles. Seul maître à bord de son atelier et de sa marque « Louise Kopij », ce petit bout de femme dynamique nous emmène dans son univers ethnique et féerique.

Louise Kopij © Charlotte Delleur

Louise Kopij © Charlotte Delleur

Une belle histoire
Pour Louise, la passion du bijou remonte à son enfance. Travaillant en Afrique, son papa lui rapportait des bijoux africains. Elle grandi avec ce souvenir du bijou ethnique. « Quand j’ai découvert ce que l’on faisait en Occident, j’ai trouvé cela prodigieusement ennuyeux », dit-elle. Alors, elle décide de réinventer le bijou en trouvant son inspiration dans les bijoux anciens, byzantins, orientaux ou indiens. «J’ai eu envie de raconter des histoires et le bijou en est le corps sacré. A travers l’histoire et le temps, on porte des bijoux pour raconter un rang social, un veuvage, un mariage, une naissance ». Avec ses créations, Louise accompagne la personne dans un fragment de sa vie. « C’est aussi quelque chose qu’on peut léguer aux enfants » précise-t-elle.

© Gael Thill

© Gael Thill

De petites œuvres d’art en accord avec la nature
Les bijoux de Louise sont de véritables petites merveilles, un mélange de grâce, de classe et de poésie. Chaque pièce, minutieusement assemblée, dévoile un métissage subtil de matières. Celles-ci sont uniquement nobles. Louise utilise notamment le goldfild (or à 14 carats) et l’argent. Les pierres sont quant à elles toutes naturelles et semi-précieuses. Pour les plumes qui ornent boucles d’oreilles et colliers, Louise essaye de travailler avec des éleveurs locaux. « Je fais ce que je peux pour rendre mes créations les plus respectueuses de l’environnement et du vivant. Que ce soit au niveau de mes collaborateurs, de moi-même ou des animaux qui donnent des plumes», explique-t-elle. Louise prend aussi l’engagement de concevoir ce qui peut l’être en  Belgique. Cet aspect prend beaucoup d’importance dans son processus de création.

Bracelet, collier, pince à cheveux et boucles d’oreilles Louise Kopij
Collection printemps-été et automne hiver 2014 ©Charlotte Delleur

Des pièces coup de cœur
Louise a deux marques de fabrique qui caractérisent son travail : la plume plaquée or et l’asymétrie. La première, le placage d’or ou d’argent sur une plume, est une technique qu’elle a développée elle-même. « C’est très rare comme technique », précise-t-elle, «l’effet lumineux est juste dingue ». Sa deuxième spécialité, l’asymétrie est arrivée par hasard. « Je travaillais avec des aiguilles de vieilles horloges et je n’en avait plus deux identiques, du coup, j’ai crée deux boucles d’oreilles différentes ». Ce fut un succès et Louise en fait une caractéristique phare de ses bijoux. Ce n’est pas pour autant qu’elle s’endort sur ses acquis. « Je suis continuellement dans la recherche », spécifie-t-elle en nous dévoilant les détails de sa prochaine collection printemps-été. « Elle comportera des papillons. Ces papillons seront morts de manière naturelle et donc comporteront des petits défauts mais c’est aussi ce qui font leur beauté ». On suivra donc de près cette nouvelle collection qui promet d’être féerique mais aussi limitée car « la matière première est difficile à trouver et très rare », confie-t-elle. À suivre…

La nouvelle collection printemps-été 2015

http://www.louisekopij-shop.com/
https://www.facebook.com/pages/Louise-Kopij-Bijoux/271233379554794

Pauline Zecchinon