fbpx
logo
Top

Marie Poppies: La solution pour faciliter l’accès aux fleurs éco-responsables

En Belgique, la production de fleurs éco-responsables se développe de plus en plus. Pourtant, les fleuristes restent peu nombreux à en proposer faute de temps ou de fleurs suffisamment variées chez un même producteur. Pour pallier à ce problème, la start-up Marie Poppies propose de jouer le rôle de distributeur pour faciliter l’accès à ces fleurs belges, durables et de saison.

A l’heure actuelle, nous sommes de plus en plus à prendre conscience qu’il est temps d’agir pour le bien de l’environnement. Nous essayons petit à petit de modifier nos comportements en faisant attention à notre alimentation, en réduisant nos déchets ou encore en utilisant des moyens de transport moins polluants. Pourtant, nous sommes encore très nombreux à nous émerveiller lorsque nous recevons un joli bouquet de fleurs car bien souvent, nous ignorons toutes les conséquences négatives que cela engendre.

Une problématique encore méconnue

Selon une étude de la Lancaster University, un bouquet de roses importées aurait une empreinte carbone équivalente à un vol Paris-Londres. Cela n’est pas étonnant quand on sait que la grande majorité des fleurs distribuées en Belgique provient de l’étranger. Certaines viennent de la Hollande où elles sont cultivées dans des serres chauffées et éclairées 24h/24, tandis que d’autres viennent du Kenya ou de Colombie et sont transportées jusqu’ici grâce à des avions réfrigérés. En plus de cela, il faut souligner que ces fleurs sont produites en utilisant une grande quantité de pesticides, ce qui participe entre autres à l’extinction des abeilles qui sont pourtant essentielles dans notre écosystème.Pour solutionner le problème, la solution semble évidente: nous devons nous tourner vers des fleurs durables et produites en Belgique. Oui mais ce n’est pas si simple! En effet, au jour d’aujourd’hui, un fleuriste devrait s’approvisionner chez plusieurs producteurs pour avoir une quantité et une variété suffisantes de fleurs, ce qui demanderait beaucoup de temps. C’est à ce niveau-là que la start-up belge Marie Poppies a décidé d’agir, en mettant en relation les producteurs et les fleuristes grâce à une plateforme d’achat en ligne et un lieu de collecte unique sur Bruxelles.

© Marie Poppies

Concrètement, comment cela fonctionne?

Le principe est très simple. Les producteurs sont invités à répertorier les fleurs qu’ils souhaitent vendre sur la plateforme. Les fleuristes y commandent ensuite ce dont ils ont besoin chez un ou plusieurs vendeurs. C’est seulement une fois la commande passée que les fleurs sont coupées et livrées dans les locaux de Marie Poppies pour pouvoir être récupérées. 

Ce qui est bien avec ce concept c’est qu’au final, tout le monde est gagnant: les producteurs vendent leurs fleurs tout en fixant eux-mêmes leurs prix, les fleuristes bénéficient d’une plus large variété de produits et les consommateurs réduisent leur empreinte carbone tout en supportant l’économie locale. Que demander de plus?

© Marie Poppies

Une offre différente à un prix raisonnable

Les fleurs proposées par Marie Poppies sont différentes des fleurs bien calibrées que nous avons l’habitude de trouver, et cela c’est un élément que la start-up est fière de revendiquer. Elles sont moins standardisées et donc parfois un peu tordues ou composées de plusieurs boutons… ce qui au final amène une touche d’originalité et fait toute la beauté du produit.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces bouquets éco-responsables ne sont pas forcément beaucoup plus chers que les autres. La différence de prix ne sera à priori que de quelques euros. Une somme qui se justifie par une juste rémunération de tous les acteurs de la chaîne ainsi que par une production locale et respectueuse de l’environnement.

Comment contribuer au développement du projet?

A la tête de cette start-up, deux belges: Marie Lebeau, qui a créé Marie Poppies en 2019, et Valentine Weinand. Pour assurer le développement de leur projet, elles ont décidé il y a quelques semaines de lancer un crowdfunding dont l’objectif était de récolter assez de fonds pour pouvoir financer leur plateforme d’achats-ventes en ligne, aménager leur point de collecte mais aussi mener des campagnes de sensibilisation sur la problématique des fleurs coupées traditionnelles. Une belle réussite car la somme a été récoltée en à peine un mois! Face à un tel engouement, elles ont décidé de lancer la deuxième phase du crowdfunding. Cette fois, les fonds récoltés serviront à développer un showroom dans lequel les fleurs de leurs partenaires seront exposées lors des passages des fleuristes. Ces derniers pourront ainsi voir le produit et peut-être même découvrir de nouvelles variétés.

Pour que les choses bougent, Marie et Valentine insistent aussi sur le fait que les consommateurs ont un rôle à jouer et qu’ils ne doivent pas hésiter à faire savoir à leurs fleuristes qu’ils aimeraient trouver ce genre de produit en boutique. Ils sauront ainsi qu’il y a de la demande et adapteront leur offre. Une démarche très simple qui au final fera vraiment la différence.

Alors la prochaine fois que vous achèterez des fleurs, n’oubliez pas de penser aux fleurs belges, durables et de saison! 😉

 

FacebookInstagram 

Julie Jandrain