logo
Top

Rencontre avec la douce Ivy Mode

Sarah Godard, jeune chanteuse de 21 ans, avait épaté le jury lors de son passage à « The Voice van Vlaanderen ». Elle revient sous le nom d’Ivy Mode avec un nouveau single, « Money can’t buy ». Nous avons eu la chance de la rencontrer.

©Ivy Mode

©Ivy Mode

Quand as tu commencé à chanter ? Quels ont été tes premiers pas sur scène ?

J’ai commencé à chanter très jeune, principalement à la maison. Ma maman est Philippine et, comme beaucoup d’asiatiques, elle adore le karaoké. Quand j’ai grandi, elle m’a dit « je pense que tu peux chanter, que tu peux faire quelque chose de ta voix ». Tout est parti du karaoké en fait.

La première fois que j’ai chanté en public, c’était avec mon premier petit ami. Nous étions dans la rue commerçante à Anvers. Il jouait de la guitare. J’étais très nerveuse, j’avais peur que personne n’aime. J’ai commencé à chanter et j’ai vu que les gens regardaient et souriaient. C’est plutôt un bon souvenir.

Il y a quelques années tu as participé à la version néerlandophone de « The Voice ». Ta prestation a été saluée par les membres du jury, qui se sont d’ailleurs tous retournés. Que penses-tu de ton aventure ?

Pour être honnête, j’avais 17 ans et je pensais être assez grande pour faire The Voice. Après les blinds, j’ai reçu beaucoup de retours positifs. Puis il y a eu les battles et les lives et leur lot de commentaires négatifs. On ne peut pas gérer ça quand on a seulement 17 ans. Je pense que si je recommençais aujourd’hui, je serais plus forte mentalement.

Musicalement parlant, ça m’a énormément apporté. On chante avec un band et des choristes, ça m’a permis de comprendre ce que c’est réellement d’être chanteur. C’était vraiment cool de rencontrer des gens qui ont les mêmes intérêts que toi et avec qui tu pourrais parler musique toute la journée.

16142335_1813055572276699_6281843877838729824_n

©Ivy Mode

Ça ressemble à quoi la vie après The Voice ?

Après The Voice, personne ne veut que ça s’arrête. Tout le monde veut toujours plus. On ne veut pas retourner à nos vies d’avant. Et pour être honnête, j’ai eu une petite période où je ne voulais pas retourner à l’école. On m’a contacté juste après l’émission pour plusieurs opportunités, mais je ne pouvais pas gérer ma vie d’étudiante et la musique en même temps, donc j’ai choisi de me concentrer sur les cours pour avoir mon diplôme. Ça m’a pris du temps pour m’y remettre.

Ivy Mode, pourquoi ce nom ?

Je cherchais un nom pour ne pas qu’on m’appelle « Sarah de The Voice ». Et je ne voulais pas garder Sarah Godard, car je n’avais pas envie que mon nom soit écorché dans les autres langues. Puis, j’ai pensé à Ivy Mode. Tout le monde a aimé et je peux le faire sonner comme je veux.

« Money can’t buy », peux-tu expliquer cette chanson, son histoire ?

J’ai toujours été une fille « amoureuse ». Mes amis disaient qu’ils étaient trop jeunes pour avoir une relation sérieuse, qu’ils voulaient réussir professionnellement, voyager,… J’ai beaucoup réfléchi à ça. Oui je voulais tout ça, mais je voulais plus que tout quelqu’un avec qui le partager. Et cela m’a inspiré pour écrire. Oui je pourrais peut-être avoir toutes ces choses, l’argent, la carrière… mais l’argent ne nous offre pas tout. C’est de là qu’est venue mon inspiration pour « Money can’t buy ».

Tu as chanté Ed sheeran, Rihanna, Jeff Buckley, pourquoi ce changement de répertoire, cette transition ? Te penses-tu différentes d’il y a quelques années ?

Il y a quelques années, si on m’avait demandé vers quel style je voudrais me diriger, j’aurais répondu Emeli Sande ou Ed Sheeran. A The Voice, j’ai choisi une chanson d’Ed Sheeran et ils ont trouvé ça très mignon. Mais j’avais envie de pouvoir bouger sur scène, je ne voulais pas faire uniquement des chansons émotionnelles. Ici, j’ai eu l’opportunité de choisir quel genre de musique je voulais faire et de travailler sur les sons. Par exemple, j’ai travaillé sur le son électro qui se retrouve dans « Money can’t buy ».

Ecris-tu et composes-tu tes chansons ?

Je n’écris pas et ne compose pas forcément mes chansons mais je participe. Quand tu es en studio et que les gens autour de toi composent et créent ta musique, tu as des mots et des mélodies qui te viennent en tête. 

Quels sont tes futurs projets ?

Je voudrais faire autant de musique que je peux. J’espère pouvoir faire un EP (N.D.L.R disque contenant quelques titres mais pas autant que dans un album), pouvoir chanter aux festivals cet été. Concrètement, nous nous concentrons sur la création de nouvelles musiques. Par exemple, le prochain single sortira dans quelques semaines. Plusieurs chansons sont déjà prêtes mais nous attendons la sortie de l’EP.

Vous pouvez suivre l’actualité d’Ivy Mode via sa page.

Sémy Castelli