logo
Top

Les trois concerts marquants de la vingtième édition du Ward’in Rock

Le Ward’in Rock Festival fêtait ses vingt ans les 3 et 4 septembre 2016. L’affiche a attiré la foule : ce sont près de 9 000 personnes qui se sont déplacées près de Bastogne, avec une affluence particulière le samedi. Retour sur les trois concerts qui nous ont marqué durant ce week-end festif et ensoleillé.

  1. Bagarre

« Bonsoir, nous sommes Bagarre » : ils ont posé et imposé leur style, rythmant la vallée de sons techno, électro, disco, house et hip-hop, pour le plus grand plaisir des festivaliers qui ont fait la fête avec eux. Un moment plein d’énergie qui a fait danser et sauter le public jusque tard dans la soirée.

(c) Manu Sibret

(c) Manu Sibret

  1. Hyphen hyphen

Une bouffée d’air frais avec ces quatre jeunes talents qui ont été la révélation scène aux victoires de la musique 2016. Rien d’étonnant ! Un show électro rock survitaminé et une bonne humeur communicative, ça fait du bien. Ils ont clôturé leur concert en beauté avec un bain de foule pour la chanteuse, prouvant, encore une fois, que le groupe est dans le partage envers le public.

(c) Manu Sibret

(c) Manu Sibret

  1. Ghinzu

La cerise sur le gâteau de cette édition ! Mettant une ambiance incomparable, ils ont déversé leur rock sans demi-mesure, comme on aime. Les années ont beau passer, le groupe belge garde une énergie remarquable. Nul doute en voyant le visage des gens à la fin du concert que Ghinzu a réussi, ce soir-là encore, à conquérir le cœur du public.

14292446_872673756199602_3619154076102206918_n

(c) Skuds Simon Fusillier

Nous nous devions de saluer également le concert de Joey Starr et sa nouvelle formation Caribbean Dandee, qui n’a laissé personne indifférent. Le job a été fait, et bien ! Fidèle à lui-même, il n’a pas hésité à insulter et balancer un « Viens poser tes couilles sur la table ! » au garçon qui lui avait lancé un verre, remettant ainsi le jeune irrespectueux à sa place.

Donaline Hermant