logo
Top

Interview : A.R.T, le DJ de Tomorrow

Photo de couverture: A.R.T (© Softness) 

A.R.T est le jeune DJ belge à suivre. A tout juste 20 ans, il vient de sortir son premier single « You’ll Be Mine ». Pour l’occasion, nous avons décidé de le rencontrer. 

A.R.T, de son vrai nom Arthur Divoy, est un DJ de 20 ans originaire de Mussy-la-ville dans le sud de la province du Luxembourg. Malgré son jeune âge, il a déjà plus de 10 ans d’expérience dans le domaine de la musique et a réalisé un parcours impressionnant, jusqu’à se retrouver à l’affiche de Tomorrowland 2020 avant que le festival ne soit déprogrammé. Loin d’avoir le moral dans les chaussettes, il nous a accueillis dans son studio afin de nous parler de ses différents projets et de la sortie de son tout premier single qui fait partie des sons belges qui rythment notre été. 

Quel est ton parcours en tant que DJ ?

« J’ai commencé vers l’âge de 9 ans, j’avais acheté des platines avec l’argent de ma communion et je m’entrainais dans mon salon au détriment des oreilles de mon entourage. De fil en aiguille, j’ai fait des petites soirées lors d’anniversaires, de mariages, puis j’ai commencé à faire des bals de village avant de faire de plus gros festivals jusqu’à maintenant où je suis arrivé à être à l’affiche du plus gros festival du monde, Tomorrowland, le gros but de ma vie en tant que DJ. J’ai aussi commencé la composition à 16 ans mais j’ai attendu jusqu’à aujourd’hui afin d’avoir la qualité nécessaire pour sortir mon premier single et je compte continuer à en sortir par la suite ».

Venir de la province du Luxembourg, un avantage ou un inconvénient ?

« Au tout début, je pensais que c’était un inconvénient car aucun artiste connu ne vient de là et il n’y a pas grand-chose dans la province. Mais au fur et à mesure du temps je me suis rendu compte que c’est une force car vu qu’il n’y a pas grand monde qui fait ce genre de musique dans le coin, les gens me poussent vraiment vers le haut. J’ai toute une communauté qui me suit, qui me soutient. J’ai beaucoup de chance d’avoir autant de gens qui me suivent et sont réactifs à ce que je fais ».

Quel est ton parcours en tant que DJ ?

 

 

« J’ai deux signatures, celle sur scène et mon « image ». Sur scène, c’est surtout l’énergie que je donne, ma tendance à sauter dans tous les sens pour accrocher la foule, qui est ma signature. Et sur Internet, c’est vraiment mon côté décalé que les gens aiment. Par exemple, lors d’un live, je me suis retrouvé en peignoir parce que j’avais un peu froid et les gens ont trouvé ça sympa et c’est quelque chose qui est resté. C’est pas un personnage que je joue, c’est ma personnalité, je ne me force pas et c’est ce que les gens apprécient je pense ».

A.R.T (© Softness)

Ton premier single « You’ll Be Mine » est sorti au début du mois, peux-tu nous en parler ?

« Ce morceau est prêt depuis 1 an, je voulais être sûr qu’il soit de qualité et ne fasse pas cheap avant de le sortir. J’ai d’abord composé la mélodie sur mon piano puis je l’ai travaillé sur mon logiciel et j’ai contacté une chanteuse américaine qui a très rapidement enregistré les paroles à distance.  Il a ensuite fallu trouver la maison de disque et le meilleur moment pour la sortie qui a finalement été le 8 juillet. Je voulais aussi marquer le coup pour mon premier morceau avec un clip qui pourrait à la fois refléter la musique et mon univers un peu loufoque. J’avais aussi souhaité mettre un peu ma région en avant dans le clip en tournant dans des commerces du coin. Dans ce moment où les gens ont besoin d’avoir de la visibilité, je suis content d’avoir pu les aider. J’ai voulu un peu casser les clips clichés avec une belle fille et tourner ça à ma sauce, on retrouve par exemple le cliché de la belle voiture et j’y ai rajouté ma touche en ramenant un alpaga de nulle part. J’ai essayé de refléter mon univers dans une vidéo de 3 minutes ».

Quelles répercussions as-tu déjà pu remarquer suite à ce single ?

« En deux semaines, j’ai déjà eu plus de 20 mille vues sur le clip et j’espère que ce n’est pas fini. Je suis déjà joué sur plusieurs radios dont Métropole, une radio de la région qui me soutient énormément et Fun Radio qui ont vraiment apprécié le morceau aussi et le jouent beaucoup. Grâce à ça, j’ai été 8ème meilleure vente en Belgique et je suis entré dans l’Ultratop single. Honnêtement, je ne m’attendais pas à un tel succès et je trouve que c’est vraiment un bon départ. Et c’est un beau cadeau aussi pour les personnes qui me suivent depuis le début, c’est un peu le succès de toutes ces personnes qui ont cru en moi ».

Quels sont tes autres projets en cours ?

A.R.T (© Softness)

 

 

« Alors je vous donne une petite exclu… il y a quelques jours un gros DJ belge m’a contacté pour faire une musique ensemble mais malheureusement je ne peux pas encore vous dire son nom qui reste confidentiel. Il y a aussi ma collaboration avec Saule qui est maintenant terminée avec plusieurs morceaux qui seront sur son prochain album. Il y avait normalement plus d’une soixantaine de shows prévus pour l’été dont Tomorowland, mais bon dans la situation actuelle, ça ne sera pas pour tout de suite. J’ai aussi encore plein de projets solo, mais j’attends encore un peu pour laisser la place à mon premier single. En tout cas je compte bien harceler les gens avec mes sons ! ».

Tu as reçu ta première récompense musicale à distance lors des Octaves de la musique, qu’est-ce que ça t’as fait de le recevoir ?

« Souvent, les gens qui reçoivent une récompense disent qu’ils ne s’y attendaient vraiment pas mais pour le coup ça a vraiment été une belle surprise pour moi parce que je ne savais même pas que j’étais nominé. Un matin, on m’annonce que je remporte l’Octave de la musique du DJ belge remis par Fun radio et je ne m’y attendais pas du tout, surtout si jeune et c’est une grande fierté. Avec le virus, je n’ai pas pu avoir de remise de prix mais c’est déjà prévu que j’y aille l’année prochaine et je pourrai monter sur scène et recevoir mon prix à ce moment-là ». 

Qu’est-ce que tu préfères dans le métier de DJ ?

« Y a pas mal de choses que j’aime dans cette passion. Même avant d’être devant une grande foule, rien que le fait de faire plaisir aux gens en jouant une musique, les voir réagir, danser, crier, sauter et je le remarque toujours maintenant avec des audiences plus importantes. Depuis que j’ai commencé à composer mes propres musiques et les jouer en live, c’est encore plus plaisant de voir les gens apprécier ce que je fais. Voir qu’on est porté par la foule, littéralement car j’ai déjà sauté dans la foule plusieurs fois, c’est vraiment quelque chose de fou. Et cette adrénaline qui me manque beaucoup en ce moment. Tout donner sur scène et ressortir aussi trempé que si je venais de prendre une douche, c’est vraiment quelque chose que j’adore ! J’espère vraiment pouvoir y remonter au plus vite et retrouver ses sensations. Je me demande d’ailleurs ce que ça va faire la première fois que je vais jouer mon single sur scène et de voir les gens chanter. Déjà maintenant je reçois des vidéos de gens qui écoutent et chantent sur ma musique et c’est super, mais en live ça doit juste être exceptionnel, j’ose pas imaginer. C’est aussi super plaisant de se faire reconnaitre dans la rue, de faire des photos et de signer des autographes. J’essaie d’être proche des gens, de répondre à tout le monde même sur mes réseaux sociaux. Je trouve que c’est super important de remercier mon public ».

J’aime demander aux artistes quels conseils ils auraient pour les personnes qui aimeraient se lancer dans leur passion, quel serait le tien ?

 

 

« Je n’ai pas énormément d’expérience, mais pour moi, pour toutes les personnes qui voudraient se lancer peu importe le milieu ou leur passion, le plus important c’est de croire en son projet. Il faut croire en soi et bien s’entourer. Peu importe ce que l’on veut faire, il y aura toujours des gens qui essaient de nous rabaisser mais il ne faut pas les écouter. Il faut également beaucoup de patience, ont dit toujours « tout vient à point à qui sait attendre ». Pour me prendre pour exemple, ça fait plus de 10 ans que je rêve de faire ça. Quand j’étais petit, mon rêve c’était de devenir un David Guetta et de mixer à Tomorrowland et je me rapproche de plus en plus de ce rêve et c’est vraiment gratifiant ».

A.R.T (© Softness)

Du tac au tac

La scène où tu as préféré mixer ? Si je dois en retenir une ce serait les 24h de vélo de Louvain-la-Neuve

Ton chanteur / chanteuse belge préféré(e) ? En ce moment j’écoute beaucoup Loic Nottet

Ta bière préférée ? La Maes et la Rulles pils

Ta ville belge préférée ? Bruxelles

Electrobeach music festival ou Tomorrowland ? Forcément Tomorrowland

Frites ou chocolat ? Frites 

L’expression que tu utilises le plus ? Je dis beaucoup « Arrête ! »

Tes vacances parfaites ? Un mélange de repos et de soirées

Mer du Nord ou forêt Ardennaise ? Forêt ardennaise, c’est près de chez nous

Marjorie Laforge